Pourquoi ce nom "Saint Viateur" ?

Pour comprendre cela, il faut remonter à l'origine de l'école d'Amplepuis. En 1852, Le père Jean-Pierre Blein et les frères de St-Viateur décident ensemble de poursuivre le projet d'école mené depuis 1838 par un instituteur. La modeste maison au sommet du Dégringoul ne suffit plus à cette école grandissante. Grâce à la générosité des familles de Pomey et Goutard, ainsi qu'à la population qui aide à la construction, chacun selon ses ressources, la nouvelle école voit le jour.

Les frères de Saint Viateur ont été par le Père Louis Querbes (1793-1859), un jeune curé de la paroisse de Vourles, près de Lyon, un prêtre catéchiste et éducateur. Il choisit comme patron  Saint Viateur, Lecteur de l'église de Lyon au IVème siècle.

.

1887-1888 Un nouveau pensionnat

Les décrets de laïcisation enlèvent aux Frères leur immeuble. Chassés brutalement d'une demeure qui leur appartenait, ils doivent entasser leurs élèves dans des locaux provisoires : les professeurs et les pensionnaires à Berchoux chez M. Déchelette, les classes, rue de la Viderie. Année bien pénible pour tous. Pendant ce temps, le dévouement de M. le curé Perrin et des familles chrétiennes accomplissent un véritable prodige : construire en une année, un établissement superbe, vaste et bien aménagé, capable d'abriter plus de soixante élèves internes et de recevoir plusieurs centaines d'externes. Il sera bénit par le Père Perrin en 1888. 

Les directeurs de Saint Viateur et les constructions

avant 1920 : M. Chomienne

1920 à 1937 :  M. Claude Venet

Il s'occupe des bâtiments et fait construire les préaux. En 1923, il achète une parcelle de terrain en bordure de la rue des Jardins.

1937 à 1944 : M. Venet, neveu de Claude Venet 

L'école compte à cette époque 200 externes et 70 pensionnaires. Le 16 Octobre 1938, on organise le Centenaire de l'Ecole célébré.

En 1939, la guerre est déclarée, M. Lépine assurera l'intérim.

1944 à 1945 : M. Six,  professeur depuis 1940

1945 à 1946 : Le père Jacob

En 1946, P. Jacob est nommé Supérieur Provincial

1946 à 1950 : Le père Cantagrel

1950 à 1967 : M. Venet reprend la direction du pensionnat

M. Vignon fait don des terrains de l'orangerie de la maison Robin. 

1967 à 1972 : Le Père Laur

Grâce à la mixité, le nouveau C.E.S. (Collège d'Enseignement Secondaire) ouvre ses portes avec douze classes, 18 professeurs et 305 élèves. En 1968, Le C.E.S. signe un contrat d'association avec l'Etat. Les Clercs de Saint Viateur cédent la gestion de l'internat à l'A.E.P. (Association Education Populaire).

En 1972, Le Père Laur part en mission au Pérou

1972 à 1973 : M. Grimandi

1973 à 1979 :  M. Valorge (ancien professeur)

1979 à 1980 : . Mademoiselle Couix 

 

1980 à 1983 : M. Morana.
En 1982, on crée une C.P.P.N. (Classe Pré-Professionnelle de Niveau) qui donne droit à recevoir la taxe d'apprentissage.

1983 à 1985 : M. Boury

1985 à 2009 : M. Gérard
Le pensionnat devenu Collège Saint-Viateur fête ses 150 ans, en 1988.
En 1991, on construit l'amphithéâtre. En 1993 : Construction des salles de Technologie et du self.

L'année suivante, la salle d'informatique. Puis le CDI voit le jour en 1996.

En 2000, On construit l'extenion du bâtiment 6e-5e, les classessesauront une réfection de 2004 à 2008.

2009 à 2013 : M. Hurel.

En 2011, on réaménage la la cour nord et procède à la réfection des WC. L'année suivante, ce sont les WC sud qui sont rénovés et une nouvelle chaudière est installé.

Depuis 2013 : M. Noyelle

Les projets de rénovation de collège se poursuivent !...

Depuis septembre 2019 :  M. Antoine-Michard

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now